Édito OA n°234

Coupe du monde de la flemme

Question à l’attention de l’intégralité des lecteurs, de leur famille, de leurs collègues, de leurs ayant-droits et si le cœur vous en dit, de leur gardienne. Suis-je le seul à avoir cru que la rentrée des classes -ou l’heure de reprendre le chemin du bureau dans le cas des enfants adultes que nous sommes- devait avoir lieu début septembre ?! Pensez bien que si j’avais eu vent d’une variation dans le programme établi m’autorisant à profiter de mes jubilatoires congés estivaux pendant trois semaines supplémentaires, je n’aurais pas réfléchi trop longtemps à la manière de remplir ces journées off. Spare strike spare strike strike spare, pâté de canard, pâté d’oie, pâté de cochon, madeleines nature, au Grand Marnier ou au chocolat : devinez qu’entre repos bienvenu, émulation familiale et efforts manuels pour justifier de siestes alanguies, je suis par définition toujours bien mieux ailleurs qu’ici, surtout quand l’ici m’interdit d’aller ailleurs. Mais par extraordinaire, je suis seul à être rentré au bercail avec la ferme intention d’envoyer du bois jusqu’à Noël.

ÇA VOUS ENNUIERAIT DE RÉPONDRE ?!!
Pour jouer le vrai, je confesse que je n’avais rechargé les batteries que pour tenir jusqu’à la Toussaint, date à laquelle je m’oriente tous les ans vers le Moulin du Roc de mon ami Alain Gardillou, haut lieu du bon vivre dont j’ai la conviction que les séjours devraient être remboursés par la florissante sécu (il paraît que son trou se comble. Celui de la sécu, s’entend…). Six semaines de boulot punchy, motivé, efficace et souriant, tel était le programme que je m’étais fixé. Boucler ce numéro octobre/novembre que nous avions déjà bien avancé avant le départ aoûtien, mettre la dernière main aux éléments de réalité augmentée, imaginer les savants sujets qu’on vous dévoilerait façon cadeau pour le Noël à venir… Et tout cela, globablement, s’est réalisé puisque vous avez un exemplaire d’Option 234 entre vos pognes. Trois avions à plus de 700 ch, de la balade, de la découverte, de la piste… On aurait pu en mettre moitié moins sans être condamnés pour détournement de contenu ! Mais tous ces beaux sujets, toutes ces belles idées, il a fallu les discuter et compter sur la participation de chacun pour les mener à bien. Et manque de bol, personne n’est là. Physiquement, pas d’ambiguïté, le gland moyen est rentré puisqu’il s’entasse dans les embouteillages tous les jours depuis le 3 septembre. Pour rouler cul à cul sur le périph’, il y a du monde. Mais pour bosser… Regardez le Mondial 2018 : l’auto rassemblée avec la moto pour se faciliter la tâche et une quantité industrielle de constructeurs absents. Vous envoyez un mail ? Pas de réponse. Vous laissez un message vocal ? Pas de retour. Après le Mondial de foot et celui de l’Auto, aurait-on annoncé celui de la glande ? Je mise ma fortune sur la France gagnante en finale face à l’Italie : le trophée du vainqueur sera un énorme plat de nouilles ! J’en ris à défaut de m’en rendre malade, comprenant ce qui pousse mes concitoyens à ne pas s’activer. Nous sommes, j’en ai la conviction, habiles quand il s’agit de ne rien faire. Mais de là à l’assumer, il y a un pas qui me semble ces temps-ci trop fatigant à franchir !

Frédéric Lardenois

 

> Pour recevoir Option Auto chez vous, cliquez ici.