Édito OA n°232

Les deux mains liées, mais pour le plaisir…

Curieux comme les numéros peuvent se suivre sans jamais se ressembler. Les saisons sont peu ou prou fidèles à ce qu’elles doivent être, entre été chaud et printemps revigorant. Ainsi aurait-il pu aller de la farandole des numéros que nous vous proposons tous les deux mois avec une rigueur temporelle dont vous conviendrez qu’elle n’a rien à envier au plus académique des garde-temps helvètes. Aussi avais-je récemment constaté que je parvenais à rédiger cet édito avec une promptitude, sinon une avance, digne de la compagnie des chemins de fer japonais. Un rythme endiablé que je m’appliquais à tenir depuis la rentrée 2018 avant de buter, par un beau jour de soleil comme seul le mois de mai sait en donner (quand les fleurs volent au vent), sur la sempiternelle page numéro 05 de ce daté juin/juillet. Trois numéros. J’aurai tenu six mois avant de flancher. Question résolution, faut se l’avouer, ça tutoie le médiocre.

OUI, ET ALORS ?!
Coup de bol, je ne m’étais pas fixé comme objectif de m’en imposer, justement, chaque jour qui passe m’ouvrant les voies insondables d’un comportement toujours plus libertaire. Mais vous faire plaisir, voyez-vous, continue de me prendre aux tripes comme un couscous trop zélé qui a fait de l’harissa la reine de la fête. Tout comme nous avons, mes camarades de jeu et moi-même, chevillée au corps l’indéfectible envie de perpétuer l’histoire qui a prévalu à la création, en 1984, du titre dont au sujet duquel je vous entretiens présentement. Mon retard -indécent, soit dit en passant, puisqu’il est l’heure à laquelle d’aucuns embauchent- aurait déjà été légitime au regard d’un contenu que nous nous employons à constituer avec précision en fonction de vos besoins saisonniers. Comprenez qu’avec les 30 pages d’un dossier moto tourné vers l’avenir, des pompes à feu emmenées aux quatre coins de l’Europe et toute une série de carabistouilles qui nous prennent un temps infini pour être dignes de votre intérêt, vous auriez eu de quoi tenir jusqu’au numéro road trip de fin juillet. Mais nous avons ajouté ce que notre hors-série Audi Sport*, auquel nos abonnés ont déjà eu le loisir de goûter à la fin avril, a introduit en grande pompe : notre réalité augmentée. Dans tous les coins, de la cave au grenier, et pas pour brasser du vent en transformant Option en hélicoptère. Pour que vous en ayez encore plus, le digital s’imposant plus que jamais comme le bras armé du papier traditionnel, garant d’une légitimité que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Suivez le guide, cherchez les logos rouges, osez dénicher les secrets que nous vous avons réservé avec les annonceurs fidèles qui ont tenu à jouer le jeu et profitez de la technologie utile : elle nous a bien empêché de dormir. Comme le disait ma grand-mère, il faut souffrir pour être beau. Mais pour vous, on n’aura jamais mal !

Frédéric Lardenois

 

*Ce hors-série réalisé avec Audi Sport a été envoyé à tous nos abonnés et n’est pas disponible en kiosques, pas même à la vente par correspondance. Mais comme nous sommes pour la paix dans les ménages, nous vous l’offrons en numérique. Et oui, notre vie, c’est les autres… La marche à suivre est simple. Envoyez un mail intitulé « On en veut » à l’adresse suivante : hsas@optionauto.com et vous recevrez un lien pour profiter de ces 132 pages inédites ! Vous pourrez même nous raconter des trucs, alors profitez-en…

 

> Pour recevoir Option Auto chez vous, cliquez ici.